moneycoaching
Maryline LEPRINCE

Maryline LEPRINCE

Directrice et fondatrice de la Moneycoach Academie®

Les idées fausses les plus fréquentes sur le coaching financier

Nous constatons souvent que les gens ont des opinions liées à une mauvaise information sur ce que le coaching financier est réellement (et n’est pas). Voici le top 5 des idées fausses que nous entendons régulièrement, ainsi que la réalité 😉

1) Pour devenir coach financier il faut d’abord bien connaître la finance et la gestion
Dans coaching financier ou moneycoaching, il y a d’abord « coaching ». Dans sa définition officielle, le coach accompagne son client à trouver ses propres solutions. Ce qui signifie que le coach n’est pas un superhéros qui va magiquement dire à son client ce qu’il doit faire pour régler son problème. Le coach a une obligation, de moyens, mais il ne peut pas avoir une obligation de résultat puisqu’une grande partie (au moins 50%) du résultat dépend de son client et sa mise en action. Ses compétences ne sont pas sur la gestion ou la finance, elles sont sur la capacité à permettre à son client de lever les freins et les blocages qui l’empêchent d’avoir son résultat et identifier le chemin le plus facile pour obtenir ce qu’il veut. Le coach financier va éduquer son client parfois à certaines bonnes pratiques de gestion quotidienne de son argent, mais en aucun cas il n‘est supposé apporter une solution financière toute prête. Le client doit faire un travail de prise de conscience et de transformation de lui-même et de ses comportements. C’est la raison pour laquelle il n’est pas du tout nécessaire de connaître la gestion ou la finance pour devenir coach financier. C’est un métier qui est plus en lien avec la psychologie de l’argent , qu’avec la gestion ou la finance.

2) Le coach financier se rémunère sur la vente de produits financiers à son clients
Absolûment pas. D’ailleurs un coach financier, à moins d’avoir par ailleurs une formation spécifique n’a aucun droit de vendre des produits ou services financiers. Un moneycoach est rémunéré pour sa prestation d’accompagnement et non sur la vente de produits

3) Le coaching financier est réservé aux pauvres
Selon certaines croyances, le coaching financier serait réservé à ceux qui sont surendetté ou ont de grosses difficultés financières. C’est très loin d’être le cas ! C’est la raison pour laquelle le coaching financier se développe autant et a un potentiel infini car la variété des situations dans lesquelles un moneycoach peut intervenir est immense. Et elle s’éloigne parfois beaucoup des problématiques telles que « je suis surendetté » ou bien « je veux gagner plus ». La relation à l’argent peut être un travail de conscience essentielle dans un couple où l’un gagne plus que l’autre et le vit mal (ou l’inverse), dans une famille qui se déchire à cause d’un héritage, chez un entrepreneur qui n’ose pas parler d’argent avec ses clients ou fournisseur, chez une femme cadre qui n’ose pas demander une augmentation, chez un dirigeant qui bizzarement ne parvient pas à gagner plus comme patron que lorsqu’il était salarié etc. Alors non le coaching financier n’est pas réservé aux pauvres du tout 

4) Le coaching financier est un service qui coûte cher
Les « riches » seraient les seuls à pouvoir s’offrir les services d’un coach financier. Voilà qui me fait souvent rire car ceux qui disent dévoilent ainsi beaucoup de choses sur leur propre relation à l’argent, et les limites qui les entravent. La rémunération de scoachs prend en compte à la fois des paramètres liés au coach (sa formation, son expérience…) mais aussi lié au marché (son positionnement, son marketing, le type de clients, l’importance du problème qu’il aide à résoudre pour ses clients etc). En fait, il n’y a pas un seul tarif, il y a le juste tarif pour vous et votre client compte tenu de votre valeur ajoutée perçue. Ce qui rend tout cela très subjectif évidemment (à la Moneycoach Académie nous formons nos élèves sur ces aspects) J’ai ainsi rencontré une médiatrice qui s’occupait du divorce de chefs d’entreprise. Croyez-moi, ses clients trouvaient que ses tarifs étaient bien peu élevés compte tenu de ce qu’elle leur faisait économiser en cas de divorce… Tout est relatif et un bon coach financier sait faire comprendre cela à ses clients.

5) Le coaching financier marche aux USA mais pas en France
Jolie croyance limitante ! Ou est-ce une excuse pour ceux qui vous ont dit cela pour ne pas embrasser une nouvelle formation qui rendrait leur vie plus belle et plus agréable ?
Le coaching financier se développe aujourd’hui énormément en France car il y a des besoins énormes. La plupart des problèmes que nous avons dans nos sociétés nous ramène de près ou de loin à l’argent (même l’amour, souvent !). Ayant été pionnière dans ce domaine, j’ai vu comment ce créneau était attractif pour de nouvelles personnes, et je vois comment réussissent aujourd’hui les moneycoachs que j’ai formés et qui mettent en application pour eux-mêmes ce qu’ils ont appris. J’appartiens aussi à un réseau internationnal d’entrepreneurs et lorsque je parle du moneycoaching, cela suscite maintenant beaucoup d’intérêt. Notre société évolue. Les gens prennent conscience qu’ls doivent se responsabiliser et faire « leur part » comme disait le petit colibri (la légende dont parle Pierre Rabhi)
Le coaching financier a un très bel avenir devant lui 🙂

Prêt(e) à faire avancer votre carrière avec un métier épanouissant et qui transforme les gens et la société ?

Contactez-nous par mail à info@moneycoachacademie.fr pour découvrir la prochaine session de formation au métier ou Téléchargez notre guide gratuit « Réussir comme coach financier »

Partager ce post